Actualités de barnet-antiquaire.com

Large fauteuil canné signé Louis Cresson, une belle pièce au magasin !

Élégant et large fauteuil canné en hêtre naturel.

Le dossier plat à traverse supérieure légèrement cintrée.

L’assise légèrement en trapèze reçoit des supports en “coup de fouet“

La ceinture toute en courbe et contre courbe, repose sur des pieds cambrés terminés par des coquilles.

L’ensemble abondamment sculpté de cartouches, feuilles d’acanthes, coquilles.

Le répertoire ornemental encore symétrique annonce la légèreté du style Louis XV.

Rare ampleur de ce siège, très bel état de conservation, patine blonde.

Cannage et coussin cuir postérieur.

Il est signé à l’extérieur de la traverse arrière L.CRESSON

Travail parisien vers 1740.

Louis CRESSON (1706-1761) Reçu Maître le 28 janvier 1738,

Fils du Menuisier Jean Cresson, Louis s’établit rue de Cléry à l’enseigne de « l’Image de Saint- Louis “ Il devient menuisier du Prince de Condé et du Duc d’Orléans.

Réalisés avec beaucoup de soin, les sièges de Louis Cresson, d’un style Louis XV classique et élégant offrent une grande variété de modèles aux galbés raffinés et aux décors sculptés d’une grande discrétion.

Publié dans Actualités | 3 commentaires

Miroir provençal

Miroir à par closes en bois doré sommé d’un cartouche composé d’agrafes et enrichi d’un bouquet de fleurs au naturel.
Les traverses et montants à décor d’enroulements d’acanthes et fleurs.
Dorure d’origine et miroir au mercure usé.

Travail provençal d’époque fin du XVIIIe..

Hauteur: 100 cm ; largeur: 58 cm

Contrairement aux idées reçues le miroir de Beaucaire n’était pas fabriqué dans cette ville.
Il y était par contre vendu lors de la foire annuelle.
La foire de Beaucaire était de loin l’évènement commercial le plus important de France et même d’Europe avec une fréquentation estimée a plus de 120 000 personnes vers 1780.
On pouvait y trouver l’ensemble des produits de l’industrie française.
Les ateliers de miroiterie qui travaillaient le plus souvent sur commande pour l’élite de la noblesse et du clergé produisaient cependant un modèle plus courant en série avec des verres plus fins, un décor plus plat, le plus souvent cloué a un plancher en pin.
De tailles diverses mais toujours de formes sensiblement identiques cette production était destinée à être écoulée lors de cette foire.
Les ateliers de faïence de Moustiers fonctionnaient aussi de la même manière a la fin du 18 ème siècle, une production de très grande qualité sur commande et des modèles réalisés plus rapidement pour la foire a décor dit de Beaucaire.
Cependant il ne faut imaginer que cette production était destinée aux ouvriers, les archives nous apprennent qu’un miroir de Beaucaire de petite dimension coûtait près d’un an de solde d’un militaire sous le 1er Empire.
(Girault de Saint-Fargeau, dictionnaire industriel de la France, 1847).

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

C’est peut être le moment de vous souhaiter de bonnes fêtes ! !

C’est peut être le moment de vous souhaiter de bonnes fêtes ! !

Alors Joyeux Noël et une belle année pour vous et vos proches.

Je serai bien sûr heureux de vous accueillir au magasin pour vous faire découvrir de nouvelles acquisitions.

En haut du site vous avez le blog, alors n’hésitez pas à laisser vos impressions, remarques  et commentaires.

 

Publié dans Actualités | 5 commentaires

L’art du bronze doré pour une commode époque restauration

A toute les époques l’ébéniste après une commande de meuble devait habiller d’entrées et poignées de tirage ou boutons selon les moyens du client.

Il faut savoir que un ensemble de bronzes pouvait coûter aussi cher voir plus que le meuble…

C’est surtout à la fin du XVIIIe jusqu’au début du XIXe que l’on peaufine et cisèle à la main les bronzes, que ce soit en objet d’art ou en ameublement.

« Le ciseleur a le devoir de faire dire au métal ce que le sculpteur n’a pu lui donner ; ce que ne livre ni la terre, ni la cire, ni le bois, ni le marbre ; cette fleur de l’épiderme, la chairé de la peau, la maille du tissu, les nervures des feuilles, le moiré des fleurs, tout cet infini délicat qui charme l’œil et donne la couleur et l’esprit à la matière. »

                       Lucien Falize

Dorés au mercure éclairés de mats et brillants, ils illuminent cette commode de forme droite et apportent du cachet.

Un peu d’Histoire….

De toute l’Europe, que ce soit au niveau de la création ou de la réalisation, la France eut les plus grands bronziers, en particulier de la fin du XVIIe siècle jusqu’au début de XIXe.

En effet, la fin du XVIIe siècle voit le véritable développement de quantité d’objets d’ameublement.

On doit cette évolution notamment à l’apparition de la « cheminée à la française » qui s’abaisse et se pare d’un miroir et d’un trumeau. On pose sur sa tablette candélabres et pendules, et dans le foyer les chenets (anciennement appelés « feu »), les pelles et pincettes qui remplacent le fer forgé.

Techniques :

On part de l’établissement d’un modèle, généralement le dessin d’un ornemaniste : le sculpteur peut passer à la réalisation de la maquette qui est en terre cuite ou en bois.

La pièce est ensuite transmise au fondeur ciseleur qui se charge de la fonte de la pièce, puis de sa ciselure. Les parties les plus délicates sont confiées directement au ciseleur doreur. Ces deux communautés, les fondeurs ciseleurs et les ciseleurs doreurs, s’opposèrent fréquemment sur leurs prérogatives et droits respectifs, les fondeurs-ciseleurs se chargeant parfois de la dorure. Louis XVI arbitra en les réunissant sous la bannière d’une seule corporation.

C’est ensuite la phase de la dorure proprement dite. Il existe deux modes opératoires : à l’or moulu et à la feuille d’or.

* L’or moulu : de l’or réduit en chaux ou « moulu » sur une pierre à broyer est amalgamé avec du mercure ou du vif-argent dans une proportion d’environ 1 à 8. Cet amalgame chauffé dans le creuset est appliqué sur le bronze au moyen d’une brosse. 

Le bronze est ensuite déposé sur une grille et l’évaporation du mercure permet la fixation de l’or sur le bronze. Ces vapeurs de mercure étaient très toxiques pour la santé des artisans.

Viennent ensuite le matage, le brunissage et la mise en couleur de l’or, opérations qui donnent toutes ses nuances à la dorure. Les transitions entre parties mates et brillantes sont confondues de manière homogène.

Ce procédé était réservé aux pièces importantes par leur qualité ou celle de leurs commanditaires. Pour les autres, la dorure à la feuille était fort employée.

* La dorure à la feuille : si la feuille d’or ne contient pas de mercure, ce métal devait être appliqué sur la pièce à dorer, et les risques étaient identiques. En effet, l’or se fixe sur le bronze lors de l’évaporation du mercure.

Une ou deux feuilles d’or très fines posées sur un coussinet étaient appliquées à la brosse sur la pièce bleuie au feu. La finition était la même que pour la dorure à l’or moulu.

Un autre technique de l’époque fut celle des bronzes vernis ou « mis en couleur d’or ». Les néophytes appellent faussement ces pièces « bronzes dorés ». Elles étaient reprises au sortir de la fonte (la « réparure »), puis étaient plongées dans de l’eau-forte (de l’acide). On les terminait en les recouvrant d’un vernis protecteur.

Le XIXe siècle verra l’apparition de la dorure par électrolyse, inventée en 1827 et qui est souvent trop brillante et sans nuances. Son avantage était l’absence de vapeurs toxiques pour les artisans.

Authenticité :

Un bagage théorique est évidemment nécessaire. Mais comme dans tout domaine des antiquités, il faut avoir vu énormément de pièces, les avoir comparées, touchées… apprendre à « sentir » l’objet avant de pouvoir donner un avis sur l’authenticité d’un bronze doré.

Quelques éléments peuvent guider. Les bronzes dorés français du XVIIIe sont en général plus légers et moins épais que ceux du XIXe, par souci d’économie et aussi parce qu’il est plus difficile de produire un bronze fin qu’un épais, le même principe, fin et épais vaut pour le mobilier.

L’harmonie, l’équilibre des formes, la nervosité de la ciselure sont autant de facteurs déterminants.

Il existe de nombreux surmoulages d’époque, à partir d’un modèle à succès que les marchands merciers commercialisaient aisément.

Ces pièces sont à considérées comme authentiques. Les redorures aussi étaient fréquentes.

La connaissance des systèmes de fixations a également son importance : des vis filetées de manière inégale, des écrous non symétriques sont des indices d’une fabrication au XVIIIe.

Quelques grands noms de bronziers français : Philippe Caffiéri, Jacques Caffiéri, Jean Joseph de Saint-Germain, François Rémond, Pierre Gouthière, Jean-Claude Duplessis (né en Italie), la lignée des Feuchère, Pierre-Philippe Thomire……

Conservation et entretien :

S’il s’agit d’une pendule, le globe de verre convient parfaitement.

En-dehors de réparations nécessitant l’intervention d’ateliers spécialisés, l’amateur peut nettoyer lui-même ses bronzes dorés.

Supposons un bureau plat garni d’espagnolettes. On démonte celles-ci, ainsi  que toutes les autres parties en bronze doré. On les passe à l’eau savonneuse, du savon de Marseille auquel certains ajoutent une dose d’ammoniaque, avec une brosse douce et une brosse à dents pour les fins interstices.  

On rince à l’eau tiède et on essuie avec un chiffon qui ne peluche pas. Le sèche-cheveux sera utile pour les endroits inaccessibles. Remonter, c’est terminé ! Ce nettoyage basique vaudra dans la plupart des cas beaucoup mieux que certaines « remises à neuf » de bronzes dorés qui peuvent les dénaturer complètement.

En conclusion : le domaine des bronzes dorés est passionnant, d’autant qu’il reste beaucoup à découvrir, et que de nombreuses énigmes titillent la perspicacité des chercheurs.

Source :  Vivian Miessen      

 

Publié dans Actualités | 22 commentaires

Les vacances

Pendant l’été, il est prudent de téléphoner avant de venir au magasin. A bientôt

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire